Le jeu dont vous êtes le héros : Gamebook Adventures

Vous vous sentez d’humeur à faire un petit trip dans votre adolescence ? Les mots « Défis Fantastiques », « Ian Livingstone » ou encore « Le Sorcier de la Montagne de feu » rappellent en vous des souvenirs de lancers de dés, de marque-pages ou de paragraphes numérotés ? Alors la série des Gamebook Adventures est faite pour vous. Développée* par Tin Man Games, cette série ressuscite les « livres dont vous êtes le héros » qui avaient connu leur heure de gloire dans les années 90 et initié beaucoup d’ados de l’époque au jeu de rôle « papier ». Le studio est d’ailleurs le détenteur des droits de toute la série des Défis Fantastiques, l’une des collections les plus connues des « livres dont… » avec Loup Solitaire.

Se déroulant toujours dans l’univers d’Orlandes, le troisième « tome » de Gamebook Adventures – Slaves of Rema – vient de sortir sur PC et il est disponible sur Desura pour la modique somme de 4€. Les versions PC sont pour le moment uniquement en anglais – et un bon niveau est nécessaire pour lire et comprendre ce que vous devez faire – mais la série est à l’origine parue sur smartphones* avec les deux premiers traduits en français, sur la dizaine de tomes existants.

Le gameplay* est fidèle à ce que l’on pouvait trouver dans les livres originaux avec : la création de personnage se résumant à des points de vitalité et d’endurance, un inventaire simplifié et, bien sûr, des combats résolus grâce à nos increvables (eux) dés à 6 faces. Il existe trois niveaux de difficulté – Novice, Bookworm et « Classique » – et les dix tomes proposent à chaque un décor différent : une ville, des catacombes, une arène de gladiateurs… et il y a même un setting de science-fiction ! La difficulté est au rendez-vous, même en novice, et d’après Ben Britten, l’un des développeurs, « il n’y a pas qu’un seul « vrai chemin » (« one true path« ) pour terminer le jeu, à la différence de certains vieux livres qui ne proposaient qu’une seule voie possible pour réussir ». Il existe de nombreux embranchements qui mènent à des péripéties totalement différentes, augmentant une durée de vie déjà conséquente d’une manière aussi élégante qu’intelligente. Le nombre d’évènements type « mort subite » a aussi été revu à la baisse car nuisant au plaisir de jeu, toujours selon Ben Britten. Il est également possible de déposer des marque-pages afin de pouvoir reprendre sa partie en cas d’échec sans avoir à recommencer depuis le début (ce qui arrivera bien plus souvent que vous ne le pensez). Bref, la série des Gamebook sent bon l’amour du travail bien fait, avec des textes soignés (même la VF), des illustrations plutôt stylées et des mécaniques bien huilées. Choose your adventure !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s