Premières impressions : Minigore 2 – Zombies

Si le premier Minigore était un bon petit défouloir mais qui montrait vite ses limites – deux maps, des personnages à débloquer en dépensant des kills durement obtenus (1,000,000,000 pour le dernier !) ou de vrais euros (qui faisait gonfler le prix du titre au-delà du convenable) – sa suite ne fait pas les choses à moitié et s’impose comme un chronophage tout à fait recommandable. Explications.

Le concept est toujours le même : on incarne John Gore (du moins au début) et il faut éliminer des vagues successives d’ennemis de plus en plus coriaces dans une arène fermée, tout en récoltant des armes différentes et des trèfles nécessaires pour se transformer en démon invincible. Les développeurs, Mountain Sheep (Bike BaronIce Rage), ont néanmoins rajouté une grosse couche de gameplay* dans cette suite : des armes de corps à corps (épée, hache, sabre…) et une plus grande variété d’armes à feu, mais surtout la présence d’un marchand, permettant de faire évoluer son personnage en dépensant des points accumulés avec les kills. Ce marchand vous permet également d’acheter de nouvelles maps (au moins 6), faisant office de niveau de difficulté; des armes qui deviendront disponibles en jeu et de nouveaux personnages avec des caractéristiques différentes.

A la différence du premier où, dans le mode facile, chaque kill correspondait à 1 point (rendant le déblocage de personnages avancés extrêmement fastidieux – un million de monstres à tuer, c’est très très long), ici, chaque monstre à sa valeur et les boss* sont beaucoup plus nombreux, laissant un sacré pactole derrière eux. De plus, la valeur de chaque personnage/arme/map a été revue à la baisse, donnant moins l’impression de grinder comme un couillon juste pour s’acheter un pauvre personnage. Un rééquilibrage qui rend le jeu beaucoup plus addictif et qui ne le limite plus à une bête épreuve d’endurance : le premier se résumait principalement à tenir le plus longtemps possible, sachant que seul le mode hardcore rendait la chose intéressante, les modes facile, moyen et difficile étaient simplement longs et la monotonie des affrontements avait souvent raison de ma patience (monotonie renforcée par le faible renouvellement des monstres et des armes).

L’un des plus gros ajout de cette suite est la présence de missions à remplir pour débloquer d’autres éléments dans la boutique : un modèle repris de l’excellent Jetpack Joyride (gratuit sur iOS et Android) qui donne au jeu un petit côté RPG pas dégueulasse. De plus, avec l’évolution du personnage – il gagne des niveaux en massacrant des monstres, ce qui a pour effet que de débloquer des éléments à acheter dans la boutique, dont des améliorations pour son personnage (oui, c’est un peu confus) – le jeu s’apparente alors à un hack’n’slash de poche diablement prenant. Le bestiaire est aussi plus touffu (contre 3 ou 4 monstres différents dans le premier) : des zombies, des zombies spéciaux, des zombies avec des flingues, des bûcherons, des bouchers, des cochons armés de tridents des miniboss, des chats… ainsi que des boss énormes qui viennent un peu corser le tout.

Visuellement, le jeu est très mignon et l’écran Retina de l’iBidule donne aux graphismes un petit côté « HD » très appréciable. Malgré des hordes d’ennemis à l’écran, le jeu ne rame pas, le framerate restant parfaitement constant (en dessous des 60 FPS toutefois) même sur des machines un peu anciennes : mon iBidule 4 ne bronche pas du tout, alors d’autres jeux moins beaux le font surchauffer. Une baisse de framerate se perçoit seulement quand un objectif est rempli, mais cela est probablement voulu : en effet, le message de victoire empli presque tout l’écran sans mettre le jeu en pause et le ralentissement permet de ne pas se faire gang-banger par l’essaim de monstres qui nous tombe sur le coin du râble au même moment.

Enfin, et même si ce ne sont que des premières impressions (la question de la répétitivité peut évidemment se poser plus tard), ce Minigore 2 – Zombies apparaît comme un titre à ne surtout pas louper et qui vaut largement ses 1.79€ demandés par ces bourgeois de l’App Store. Une exclusivité Apple, pour le moment.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s